Baguette et comté

Intolérance au gluten – aliments OK ou KO

L’intolérance au gluten impose des restrictions fortes sur ce qui est mangeable et ce qui est toxique. En tant que compagnon de Marion qui est intolérante au gluten, j’ai peu à peu appris comment sélectionner ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. Alors pourquoi ne pas partager ici cette expérience ?

Les aliments toxiques

Bannir la farine de blé ne suffit pas. Il y a des choses à surveiller d’infiniment plus près que ce que l’on imagine quand on n’y est pas exposé. Une liste :

  • les céréales toxiques sont assez nombreuses : blé, froment, orge, avoine. Mais aussi kamut, épeautre, seigle qui leur sont apparentés. Évidemment, avec leurs sous-produits comme les pâtes italiennes ou pas (sauf exception rares, voir plus bas), pain, brioches, pâtisseries et autres pâtes à tarte ou à pizza, couscous et semoule (de blé dur).
  • beaucoup des viandes et poissons préparés industriellement (les ajouts dans certaines viandes hachées, le poisson pané, la farine des soles meunières).
  • l’immense majorité des pommes frites, des pommes noisettes, pommes dauphines, etc. contiennent des liants (amidon, par exemple) ou des produits qui améliorent l’aspect ou le goût.
  • presque tous les bonbons, sucreries, glaces, etc. contiennent du sirop de glucose (qui est généralement extrait du blé, donc pollué par des traces de gluten).
  • mais le glucose apparaît presque partout dans les aliments industriels (il paraît que les clients achètent plus quand c’est sucré, même si ce n’est pas sensé l’être). Je ne listerai que la charcuterie ou les jambons, comme surprise pour moi.
  • la plupart des préparations culinaires et des sauces industrielles (surgelées ou pas), beaucoup de produits laitiers, de yaourts, de fromages blancs, de crèmes chantilly contiennent les produits toxiques listés ici ; la liste des ingrédients est à lire attentivement mais on s’affole de voir ce que l’industrie agro-alimentaire pense normal d’ajouter même dans des produits simples (je pense à la farine ajoutée à des épinards hachés).
  • Les chips (sauf de rares exceptions comme chez Vico, mais qui peuvent évoluer quand la recette change, éventuellement sans vous prévenir), biscuits apéritifs, même certains fruits séchés ou grillés à sec (qui sont enfarinés).
  • quelques surprises comme : le sucre glace et certains sels de table où l’amidon (de blé) est utilisé comme anti-agglomérant ; des matières grasses tellement allégées qu’il leur faut un liant (encore de l’amidon), ou un exhausteur de goût (le sirop de glucose).
  • les boissons dérivées des céréales dangereuses : la bière, le whisky, beaucoup de vodka (elles ne sont pas si souvent à base exclusive de pomme de terre, mais de blé).

Les aliments OK

Mais il y a tout de même plein d’aliments (et pas les moins bons) qui sont parfaitement consommables parce que sans gluten ou sans risque de contamination :

  • les céréales sans gluten : maïs, riz, soja, quinoa, sésame, manioc. Attention au sarrasin qui n’est pas toujours employé pur (la crêpe de sarrasin dans une crêperie « normale » est à proscrire pour cause de pollution presqu’automatique).
  • ne sont pas des céréales mais fournissent des farines et des amidons utilisables : châtaigne, tapioca,
  • viandes et poisson au naturel, sont parfaits.
  • légumes et fruits frais ou surgelés (mais attention à ceux qui sont « préparés » industriellement à cause de surprises toujours possibles à contrôler sur la liste des ingrédients).
  • Les sucreries naturelles : un sorbet de fruits fait avec du sucre, une compote idem, le miel, la confiture maison.
  • La plupart des boissons (sauf citées ci-dessus), y compris le vin (à consommer avec modération), les sodas, les jus de fruits.
  • les produits laitiers nature : après tout, plutôt que d’acheter un yaourt aux fruits, prenez un yaourt nature et une cuillerée de bonne confiture faite à la maison !
  • les charcuteries après avoir soigneusement vérifié la liste des ingrédients, le jambon sec naturel, le foie gras (je viens du sud-ouest ; on ne se refait pas).
  • Les condiments purs, les herbes séchées, les épices non-mélangés.

Au bout du compte, il faut apprendre à lire les étiquettes (beaucoup d’industriels commencent à mettre en gras les aliments source possible de réaction allergiques, mais ne vous y fiez pas trop : lisez tout, deux fois). Les alertes rapides :

  • farine : de quelle origine ?
  • amidon : de quelle céréale ?
  • glucose : de quelle céréale ? (source rarement indiquée ; dans le doute, je m’abstiens)

Préférez les produits nature. Ils demandent un peu de préparation (plus long que la minute de micro-ondes sur un surgelé) mais ils sont plus faciles à maîtriser.

Évitez la présence de produits toxiques chez vous, surtout quand ils sont susceptibles de s’envoler et d’aller polluer autre chose : la baguette de pain est une source de petites miettes impossibles à suivre. La baguette traditionnelle, élégamment couverte de farine est encore pire. Le couteau qui a servi à la couper devra être nettoyé avec une attention particulière. Alors, servez des aliments sans gluten à vos invités.

De manière générale, la paranoïa paye et il est bon de ne pas faire confiance aux industriels qui ont bien d’autres contraintes que de protéger les intolérants au gluten.

Une réflexion au sujet de « Intolérance au gluten – aliments OK ou KO »

  1. Un détail peut-être mais qui illustre bien la paranoïa nécessaire : nous avons trouvé encore récemment des chocolats dont les indications d’ingrédients étaient différentes entre le sachet intérieur et l’emballage extérieur. Impossible laquelle des indications est la bonne, mais comme l’une des listes mentionnait explicitement la farine de blé…
    Toujours lire et relire les listes d’ingrédients !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *